Les Guerriers de l’Imaginaire 2019

CREATION 2019

Inspiré de l’oeuvre « Ecrire en pays dominé » de Patrick Chamoiseau                                               Interprété par : Robert Parize (Jeu et chant Lyrique) et florence Meie                               Choregraphie et danse : Serge Anagonou                                                                         Création musicale : Jean Luc Peilhon (instruments à vent)                                                                               Mag Mooken (Percussions)                                                                                                 Fred Meyer (guitare)

Mise en scène par Florence Meier

Télécharger le dossier ici : Dossier Les guerriers de l’imaginaire

L’écrivain : Comment témoigner de tant de vies, de morts, d’énergie et de rythmes     en boule dans ce cosmos, et nous en éclairer pour vivre légèrement mieux que d’ordinaire ?

Je suis un guerrier, avec ce que ce mot charge de gestes résolus et d’interrogation, de rires qui doutent et d’ironie rituelle, d’ossature et de fluidité, de lucidités et de croyances. Guerrier parce que compagnon de sa mort, en train de naître toujours, et jamais retenu dans le treillis de ses racines.

J’ai ameuté ma vieille sentimenthèque, sédiments de la présence des écrivains en moi. Errer en leur compagnie. Ecrire. Rêver. Percevoir ce qui me reste d’eux. Un mot. Une impression. Un rire. Les sensations accumulées. D’eux j’ai ramené le sentiment qu’il y a tant d’ombres en nous, tant de forces obscures dans le profond de nos maintiens, que la lutte est éternelle pour approcher du juste.

                                                                         « Je n’écris pas de phrases mais des irruptions d’ombres, des billes de feuilles grasses, zinzolages de bêtes-longues à l’en-bas des fougères, des levées d’eau, des odeurs, des lots d’odeurs. Parfois, donnant l’amorce, un mot déclenche ce chatoiement sensible. J’ai du goût pour les claquées sonores. Chaque verbe nait d’une boule de sensations qui m’écument la chair. Chaque image suinte d’une tremblée mentale. Sous la charge, demeurer vigilant, invoquer le sens mais abandonner aux forces éruptives la combinaison des matières mentales. »

 

Qui parle ? Plusieurs. En différents endroits. En de multiples manières. MOI-colons – MOI- amérindiens, MOI-africain,  MOI-indiens, MOI-chinois, MOI-syro-libanais MOI- créole…Moi, conteur…